Mairie de Varreddes
53 bis, rue Victor Clairet
77910 Varreddes

Tél  : 01 64 33 18 42
Fax : 01 60 44 07 04


 

Merci à Mr Pierre GUICHON de partager ses recherches sur notre commune.
Vous pouvez visiter son site : www.histoirde.over-blog.com

L'église de Varreddes

L’Eglise de Varreddes est dédié à  St ARNOUL (sans "T" ni "D"), premier patron paroissial de Varreddes et St Vincent, deuxième patron.

Dans les années 860, les normands pillent et incendient Meaux, un nouvel assaut eu lieu en 887, on pense que c’est à cette époque que l’église fût réduite en cendres.
On parle d’une première reconstruction d’église à Varreddes dès le Xe siècle.
L’édifice fut de nouveau dévasté pendant la guerre de cent ans (1337-1453) et les guerres de religions (1562-1598).

Au XIIe siècle, sous l’ancien régime, Varreddes fait parties des 4 paroisses "Fille de l’évêché", le village dépend donc directement de la juridiction des évêques de Meaux.
Malgré cela on ne peut citer aucun nom de curé avant 1480 date d’arrivé de Pierre THIBAULT à qui on attribue les financements de reconstruction de l’église sur les fondations que l’écroulement du XIIe siècle n’avait pas endommagées ; la régularité du plan a donc été sauvegardée.

A la révolution, on annonce la prochaine mise en vente de l’église.
Les propriétaires du village se groupent (26 mai 1795) pour sauver leur église en utilisant un moyen aussi avisé que peu banal en ces années d’intimidations :
Invoquer les réparations faites à leurs frais, soixante ans auparavant (1730), à une bâtisse qui conviendrait parfaitement à la tenue des assemblées générales de la commune.
Le prétexte est accepté comme raison valable, et l’édifice reste debout … Miracle d’ordre administratif !

Au XIXe siècle, l’ancienne façade ouest fut démolie (1878) et reconstruite, un escalier fut construit dans une tourelle, pour atteindre le clocher.

En 1923, il fut question du "classement de l’église" par les Beaux-Arts, mais la diversité des styles, la friabilité des matériaux, la peinture des voûtes du Chœur, de la grande abside et de la Chapelle de la Sainte Vierge, le mauvais état de la toiture, etc.. ne pouvaient être favorables à ce classement.

Mentionnée au XIIème siècle "Varedae", seuls deux piliers subsistent de l’époque romane.
Les trois nefs mènent à un chœur pentagonal datant de la Renaissance, de même que la première travée.
Les piliers supportant le clocher bordent la nef centrale.
Le clocher, contreforté à chaque angle, est ouvert par d’étroites baies couplées.
Un fronton triangulaire surmonte la travée centrale de la façade, délimitée par des contreforts.
Entrons maintenant dans cette belle église.


Mentions légales - Un site celhor.com